AccueilCritique

Pourquoi vous devez absolument (re)voir La Flamme avec Jonathan Cohen

Publié le

par Lisa Coll

Un petit binge-watching s’impose avant l’arrivée de la saison 2, baptisée Le Flambeau : les aventuriers de Chupacabra, avec un certain MAAAAAARC.

Pourquoi vous devez absolument (re)voir La Flamme avec Jonathan Cohen

Ⓒ Canal+

À l’approche de la saison 2 rebaptisée Le Flambeau : les aventuriers de Chupacabra, dont le trailer a été dévoilé mardi, il est grand temps de se remettre dans le bain. Si vous n’avez toujours pas regardé la série La Flamme réalisée par Jonathan Cohen et Jérémie Galan (c’est mal), voilà qui devrait finir de vous convaincre.

Sortie en octobre 2020, cette série parodique de la téléréalité et adaptation française de Burning Love — elle-même un pastiche de The Bachelor — est kitsch à souhait. C’est dans une grande et luxueuse villa que treize candidates se battent, parfois littéralement, pour atteindre le cœur du beau Marc. Personnages over the top, dramaturgie sous amphèt, décors et robes beaucoup trop bling-bling (oui Valérie, c’est à toi qu’on pense)… tout y est. Jonathan Cohen a fait du "too much" son terrain de jeu, et c’est franchement réussi.

Le second degré avant tout

Qui d’autre que Jonathan Cohen et Jérémie Galan aurait pu avoir l’idée de créer un personnage comme le Docteur Juiphe, campé par le malicieux Pierre Niney, ou la très directe Chataléré, que Camille Chamoux s’éclate visiblement à jouer ? Personne. Telle est la force de la série : tout est assumé. L’énorme place laissée à l’improvisation, que l’interprète de Serge le Mytho maîtrise à la perfection, donne son ADN à cette adaptation made in France aussi réussie que l’originale. Les acteur·rice·s ont pris du plaisir à incarner leurs rôles, aussi cliché soient-ils, et ça se voit, comme nous le confirmait Géraldine Nakache dans ses Secrets de tournage.

C’est aussi évidemment grâce au casting que cet humour vache et potache est maîtrisé à la perfection. Le gratin de la comédie française est réuni : Vincent Dedienne dans le costume de l’animateur, Leïla Bekhti en psychopathe prête à tout ou encore Adèle Exarchopoulos, impayable en candidate greffée d’un cœur de singe, Doria Tillier en hyper-émotive constamment rabaissée, en passant par Florence Foresti, membre de l’Association des aveugles qui font du bowling. Chaque personnage a une réelle identité et des traits de caractère poussés au maximum. Et si ces neuf épisodes ne sont pas suffisants, sachez que le bêtisier absolument tordant de La Flamme est également disponible sur Canal+. Voilà de quoi vous occuper en attendant la saison 2, intitulée Le Flambeau, qui parodie cette fois-ci un jeu d’aventure façon Koh-Lanta, dont la diffusion est prévue courant mai sur la chaîne cryptée ainsi que sur sa plateforme MyCanal.