AccueilCritique

Hawkeye est un conte de Noël chaleureux au pays des Avengers

Publié le

par Adrien Delage

Ⓒ Disney+

Clint Barton fait ses adieux au MCU dans une série fun et divertissante, où il passe le flambeau à une jeune archère.

Après plus de vingt films, dix ans d’existence et deux gigas productions sous forme de crossovers parmi une succession de blockbusters, le Marvel Cinematic Universe a besoin de fraîcheur. Désormais lancés à plein régime sur le petit écran, Marvel Studios et son architecte Kevin Feige profitent des séries pour passer le flambeau à une génération inédite de super-héros : Sam Wilson devient le nouveau Captain America, Spider-Man tisse sa toile jusqu’au trône des Young Avengers tandis qu’une poignée de nouveaux justiciers, tels que She-Hulk, Moon Knight ou encore Blade, sont attendus dans les prochaines années.

Après Wanda et Vision, Sam et Bucky, Loki et ses variants, c’est au tour de Clint Barton alias Hawkeye de prendre la vedette dans sa propre série. L’archer émérite des Avengers est sur la corde raide depuis l’attaque de Thanos, où il a cru perdre sa famille, et la mort de Natasha Romanoff, qui s’est sacrifiée pour lui et ses proches. Consumé par le chagrin, éreinté par ses combats contre des adversaires venus du fin fond du cosmos, Clint ne pense qu’à prendre sa retraite pour vivre paisiblement auprès de sa femme et de ses enfants. Mais un séjour plaisant à New York pendant la période de Noël va vite tourner au vinaigre.

Hawkeye est pris en chasse par des criminels qu’il avait lui-même traqués pendant sa période sombre sous le pseudonyme de Ronin, aperçu rapidement dans le film Avengers: Infinity War. Dans les rues de Manhattan, Clint va tomber sur une alliée insoupçonnée en la personne de Kate Bishop, une jeune justicière admirative de ses exploits avec les Vengeurs depuis son enfance. D’abord réticent à l’idée de prendre sous son aile une civile, Clint va vite comprendre qu’il a affaire à une experte du tir à l’arc potentiellement capable d’assurer sa relève après avoir définitivement rangé au placard son arc et son carquois.

Jingle bells, jingle arrows

Ⓒ Disney+

Les haters de Marvel et du MCU reprochent souvent à la Maison des Idées de recycler en boucle une recette miracle sans se réinventer. Même les fans pouvaient trouver lassant le phénomène de teasing entre chaque production de l’univers étendu, qui ressemble parfois à de longues bandes-annonces du prochain crossover explosif. L’arrivée du MCU sur le petit écran a quelque peu changé la donne avec des séries plus créatives et audacieuses, mais aussi une véritable volonté de revisiter les genres de la part du studio : les sitcoms avec WandaVision, le thriller d’espionnage avec Falcon et le Soldat de l’hiver, le space opera avec Loki et le film de Noël dans le cas présent.

Le choix paraît surprenant et il pouvait même inquiéter à la vue des premiers trailers. Une série de super-héros avec des dramas mielleux, des décors cheap et une histoire qui s’oublie aussi vite qu’une flèche tirée par Clint, ça paraît aussi absurde qu’inintéressant. En réalité, le showrunner Jonathan Igla et ses scénaristes ont seulement retranscrit à l’écran l’ambiance d’un conte de Noël. Que les fans se rassurent, outre beaucoup de neige, des chants traditionnels des fêtes de fin d’année et quelques guirlandes clinquantes, Hawkeye reste une série de super-héros made in Marvel pur jus, avec un équilibre bien dosé entre humour enfantin (la comédie musicale Rogers, déjà élue meilleure scène de la série), scènes d’action musclées et séquences d’émotion larmoyantes.

Là encore, on observe sur Clint les conséquences de leur semi-victoire face à Thanos, qui leur a coûté bien plus que la mort de leur leader et camarade Tony Stark. La notion de deuil, qui hantait déjà des personnages comme Wanda, Bucky et Loki, est également bien présente dans l’esprit de l’archer. Depuis l’épisode du Snap, nos héros sont traumatisés, pour la plupart terrifiés à l’idée de revenir sur le champ de bataille. Si le MCU peine clairement à se développer et montrer la voie dans cette quatrième phase (la pandémie n’ayant pas franchement aidé le planning et la production), avec un univers et des personnages dont on ne comprend plus forcément les enjeux et l’avenir, cet aspect plus sombre au sein des films et des séries Marvel est une franche réussite.

Ⓒ Disney+

Comme on l’a vu chez la digne concurrence avec la trilogie de Nolan, les super-héros sont plus humains et identifiables quand ils font face à leurs démons et leurs faiblesses. Le deuil de Clint, clairement relié au sacrifice de Natasha, va se transformer en force rédemptrice après sa rencontre avec Kate Bishop. La jeune femme, qui lui redonne confiance et assurance, applique le même effet bénéfique que Peter Parker sur Tony Stark : une forme de tendresse, de naïveté enfantine, symbole de la bienveillance et de la chaleur de ses proches lorsque l’on est confronté à la mort. De ce point de vue là, et comme l’avait très bien exprimé WandaVision et Falcon sur les épisodes consacrés à Bucky, Hawkeye est sincèrement très émouvante et réussie.

Le reste de la série est plutôt classique mais efficace dans l’ensemble, notamment grâce à une belle alchimie à l’écran entre Jeremy Renner et Hailee Steinfeld, déjà excellente dans Dickinson, qui apporte beaucoup de fraîcheur et de bienveillance à cet univers chaotique. D’une certaine façon, le personnage incarné par l’actrice, Kate Bishop, est une version féminisée de Peter Parker : une femme lumineuse, pleine de naïveté touchante et de maladresse souvent drôle. Propulsée au rang de justicière emblématique grâce à l’arc narratif exceptionnel de Matt Fraction et David Aja dans les comics Marvel, Kate écope d’une introduction pétillante et sympathique dans Hawkeye. Une condition sine qua non pour l’intégrer prochainement au roster des Young Avengers.

On apprécie d’ailleurs la capacité du MCU à se renouveler (ou à se recycler, diront les détracteurs) à travers la propre mythologie qu’elle construit. L’aspiration de justicière de Kate est née à cause de l’attaque de New York par les Chitauri dans le film Avengers premier du nom. Sans le déroulement de ce cataclysme cosmique, elle n’aurait jamais été sauvée par Clint et donc trouvé une forme de modèle inspirant à travers lui. Marvel avait déjà fait le coup dans Spider-Man: Homecoming, mais du côté obscur : Adrian Toomes devenait le Vautour par vanité, après avoir perdu son poste de déblayeur de débris extraterrestres à cause de Stark Industries, l’entreprise d’Iron Man. Bref, le MCU continue certes de se reposer sur ses fondations, mais il parvient toujours à trouver de bonnes idées pour se relancer et offrir une porte d’introduction à des personnages inédits.

La série Hawkeye est diffusée sur Disney+ tous les mercredis, à raison d’un épisode par semaine.

À voir aussi sur biiinge :