AccueilAnalyse

Dans La Chronique des Bridgerton, la danse est au service de la séduction

Publié le

par Marine Pérot

Moins on se bécote, plus on danse.

Dans La Chronique des Bridgerton, la danse est au service de la séduction

© Netflix

La deuxième saison de La Chronique des Bridgerton a peut-être moins de scènes hot que la précédente, mais la série n’est pas dénuée de tension sexuelle entre les personnages pour autant. À vrai dire, pour ce qui est de l’attirance entre Kate Sharma et Anthony Bridgerton, toute la séduction passe par la piste de danse.

De la page à l’écran

© Netflix

Lorsqu’il aborde les scènes de danse de La Chronique des Bridgerton, le chorégraphe Jack Murphy commence par lire les scénarios des épisodes pour comprendre les arcs narratifs de chaque personnage.

"J’appréhende la chorégraphie comme un récit", explique Murphy.

Sur le papier, les scripts ne lui donnent pas beaucoup d’indications quant à ce que les scènes en question doivent véhiculer, alors Murphy a le champ libre pour chorégraphier les danses de la série. Il travaille alors avec les acteurs pour déterminer ce qu’une courte danse va pouvoir enseigner au spectateur qu’il ne sait pas déjà sur leurs personnages et ce qu’ils vivent.

En effet, ce n’est pas parce que les protagonistes dansent que la narration n’est pas en train de raconter quelque chose. Pour Murphy, l’importance de ce récit non articulé est cruciale car c’est là que les personnages se dévoilent le plus.

"Je commence par voir la danse dans son ensemble puis j’explique à tous mes danseurs ce qu’elle doit véhiculer et je les encourage à suivre le modèle des deux personnages centraux", ajoute Murphy. "Cela permet d’accentuer l’énergie qui passe entre le duo principal."

L’expression par la danse

© Netflix

Dans cette seconde saison de La Chronique des Bridgerton, les scènes de bal ne sont jamais dépourvues de tension dramatique, en particulier pour les personnages de Kate, Edwina et Anthony. Alors que ce dernier est d’abord intéressé par Edwina, ses scènes de danse avec la cadette des sœurs Sharma ne véhiculent pas les mêmes sentiments que celles avec Kate.

"Il y a moins de danses dans cette saison, mais elles sont bien plus intenses", précise Murphy.

Lorsque Anthony danse avec Edwina Sharma pour la première fois, il aborde leur passage sur la piste de danse comme une entrevue. Il ne danse pas avec Edwina par plaisir mais pour faire plus ample connaissance avec elle et pour déterminer si elle serait une épouse convenable. C’est d’ailleurs ce que Murphy a indiqué à Jonathan Bailey quand ils ont travaillé sur la scène : "Je lui ai dit de ne pas danser avec elle mais de l’interroger", explique le chorégraphe.

Tout dans les mouvements des personnages témoigne de cela : ils sont rigides comme des bâtons, et la position de leurs bras met de la distance entre eux. Ici, pas de séduction, même si Anthony veut charmer Edwina, mais plutôt un entretien pour jauger l’autre. Rien à voir avec ce que l’on peut voir quand le vicomte danse avec l’aînée des sœurs Sharma.

Kate et Anthony : le magnétisme par la danse

"Du temps de la Régence, un gentleman n’attire pas l’attention sur les autres, et encore moins sur lui-même", explique Murphy, ce qui est étonnant car lorsqu’il s’agit de Kate et Anthony en train de danser, personne ne les lâche des yeux.

Leur première danse se déroule à Aubrey Hall, et c’est là que tout bascule entre eux. À ce moment-là du récit, Kate et Anthony sont en train de tomber amoureux, et c’est ce que souligne la chorégraphie de Jack Murphy. Celle-ci pousse les personnages à se rapprocher de plus en plus, et si au début de la danse leurs mains s’effleurent à peine, l’accent est progressivement mis sur le toucher. Le désir entre les deux personnages en devient d’autant plus palpable que d’autres le remarquent, comme Lady Danbury et Daphné.

Pour cette première danse, Murphy a combiné une danse du XVIIIe siècle appelée allemande avec une salsa afin de sublimer la sensualité. La danse est alors asymétrique, renforçant la tension entre les personnages et leur opposition.

L’attirance qui tiraille les deux amoureux grandit dans les épisodes qui suivent et culmine lors du bal des Featherington. Là encore, tout se passe sur la piste de danse avant même que les personnages ne sachent mettre des mots sur leurs sentiments. Encore une fois, ils se font remarquer, de manière encore plus flagrante qu’avant. On note dans la chorégraphie de cette danse, cette fois-ci symétrique, une volonté de faire se rapprocher les corps.

Comme deux aimants que rien ne peut séparer, Kate et Anthony ne peuvent rester loin l’un de l’autre. Ils ne se lâchent pas du regard, même quand leurs mains jointes passent devant leurs yeux, révélant que ni l’un ni l’autre ne veut quitter ce moment.

"Pour moi, ce geste désigne un changement : c’est un départ à zéro, un nouveau chapitre qui commence pour eux", explique Murphy.

La saison 2 de La Chronique des Bridgerton est disponible sur Netflix.

À voir aussi sur biiinge :